Aoraki – Mount Cook

Après une journée passée à Christchurch, il était temps de prendre la route néo-zélandaise pour un road-trip de trois semaines sur l’île du sud. Première destination : le lac Tekapo et le célèbre Aoraki/ Mont Cook !

AorakiTekapo@mypictureis10roupees_8

Nous pouvons nous targuer en Europe d’avoir de magnifiques lacs je pense par exemple au Léman ou à celui de Cômes mais ma ferveur européenne s’arrête nette devant la beauté du lac Tekapo. Une beauté quasi-indescriptible. L’eau bleue turquoise s’arrête devant les montagnes aux cimes enneigées. Seul le vent vient troubler le caractère paisible de l’endroit et les touristes également, venus nombreux pour l’admirer.

 AorakiTekapo@mypictureis10roupees_2
AorakiTekapo@mypictureis10roupees_3
AorakiTekapo@mypictureis10roupees_4

Comme j’adore les histoires et que tout voyage commence bien souvent avec une, voici celle de la création de l’île du Sud et du Mont Cook. Selon la légende maori, Aoraki était un jeune garçon qui voyageait avec ses frères en canoë sur Papatuanuku, la Terre sacrée. Un jour, leur embarcation heurta le récif et commença à sombrer. Pour éviter la noyade, les garçons se réfugièrent sur la partie émergée du canoë. Malheureusement, le vent glacial les changea en pierre. Le canoë se transforma en île, l’île du sud de la Nouvelle Zélande (Te Waka o Aoraki son nom en maori). Quant à Aoraki, l’aîné, il devint le plus haut sommet de l’île et ses frères les montagnes alentours. Pour les maoris Aoraki a une signification très spéciale puisqu’il est la passerelle entre le monde terrestre et le monde divin.

AorakiTekapo@mypictureis10roupees_11
AorakiTekapo@mypictureis10roupees_5

Le Mont Aoraki baptisé Cook en hommage à l’explorateur qui cartographia le premier la Nouvelle Zélande culmine à 3 724 mètres d’altitude. C’est le mont le plus haut du pays.  La première ascension du mont Aoraki/Cook date de 1894. En 1910, c’est une femme australienne, Freda du Faur qui s’illustre dans cet exercice. De nos jours, l’ascension du mont n’est plus autorisée au public lambda. Les risques d’avalanches sont bien trop élevés. Néanmoins, une randonnée de 3 heures très célèbre, la « Hooker Valley Track » permet d’avoir un bel aperçu de l’environnement montagnard. Je dis « bel« , mais je devrais aussi employé le terme/les termes : pluvieux, frais et venteux. Un joli cocktail qui m’a sacrément refroidi et qui m’a parfois garanti de sacrés frissons. Je ne vous parle pas de la marche sur les ponts suspendus alors que le vent soufflait à 100 km/h ! Bon, j’exagère peut-être un peu mais tout de même ! ;)

AorakiTekapo@mypictureis10roupees_1
AorakiTekapo@mypictureis10roupees_9
AorakiTekapo@mypictureis10roupees_10

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *